Atelier éclairage public aux Andelys

Le lycée Jean Moulin en partenariat avec l’ALEC 27 et le SIEGE a accueilli le 17 mai 2017 une trentaine d’élus pour présenter le poids financier et les impacts de l’éclairage public sur les collectivités.

L’éclairage public représente à l’heure actuelle un poste de dépenses non négligeable à l’échelle d’une commune, environ 20% de ses dépenses. La présentation s’est articulée autour de plusieurs séquences :

  • Description des systèmes d’éclairage public existants souvent vétustes, les pistes d’amélioration des installations existantes par des appareillages adaptés à chaque situation.
  1. Les lampes à vapeur de mercure (VM)
  2. Les lampes à halogénures/iodures métalliques (HM/IM)
  3. Les lampes à sodium basse pression (SBP)
  4. Les lampes à sodium haute pression (SHP)
  5. Les lampes LED (Diode Electroluminescentes)

  • Explication de la technologie LED avec ses avantages et ses points de vigilance
  • Présentation d’une étude de cas d’une commune ayant opté pour la technologie LED
  • Visite de la plateforme technique d’éclairage public, unique en Normandie (inaugurée en septembre 2016) ; démonstration de la détection avec des luminaires LEDs ; mise en évidence des couleurs d’éclairage suivant les technologies.

La première partie sur les systèmes existants était présenté par le CEP (Conseiller en Energie Partagé) de l’ALEC 27 sur le territoire de SNA Mr Bernard Le Roux alors que le reste de la présentation était réalisé par Mr Arnaud Meunier, Professeur agrégé en Sciences de l’ingénieur option énergie. Enfin, Mr Frédéric Pelletier, Directeurs de travaux du SIEGE sur le territoire des Andelys, a pris la parole pour confirmer les points techniques qui avaient été présentés et souligner l’importance de la délégation de compétence de l’éclairage public par les communes au Syndicat Intercommunal de l’Electricité et du Gaz de l’Eure.

Cette réunion a eu pour avantage de faire comprendre qu’un projet global d’éclairage public (EP) n’est pas si simple que l’on voudrait l’imaginer. Optimiser un système d’EP est complexe et pluridisciplinaire et demande des compétences dans plusieurs domaines. C’est le rôle du SIEGE d’étudier les projets et les faisabilités financières des opérations.

On peut ajouter qu’aujourd’hui les experts en matière d’éclairage sont d’accord pour dire que suréclairer ne sert à rien, il faut plutôt créer des contrastes pour rendre mieux visibles les obstacles de la chaussée la nuit.

Bien sûr, il ne faut pas négliger les aspects d’environnement. En effet l’éclairage public provoque des nuisances écologiques graves qui sont peut-être difficiles à voir ou à ressentir (contrairement au bruit, à la chaleur estivale …), mais qui existent réellement et sont mesurables sur la faune et la flore.

Certains contestent les éoliennes sous prétexte qu’elles tueraient les oiseaux en grande quantité (faux), par contre a-t-on mesuré le nombre d’oiseaux migrateurs qui sont déroutés de leur trajectoire à cause de nos villes qui baignent dans un crépuscule permanent ? Ces oiseaux se dirigent par rapport aux étoiles et se perdent finalement, ils ne rejoindront jamais leur destination finale et mourront épuisés.

L’ANPCEN considère sur une cartographie de 2015 que la qualité de la nuit en France est médiocre ou au mieux moyenne dans nombre de zones urbanisées. La prise de conscience générale devrait, espérons-le, améliorer ce constat dans les prochaines années.

  • L’UNESCO a déclaré depuis 1992, LE CIEL NOCTURNE comme faisant partie du patrimoine de l’humanité !
  • Le Grenelle 1 par la loi n° 2009-967 du 3 aout 2009 introduit des clauses dans le code de l’environnement destinées à limiter l’éclairage extérieur et à en réduire les effets négatifs.

« Les émissions de lumière artificielle de nature à présenter des dangers ou à causer un trouble excessif aux personnes, à la faune, à la flore ou aux écosystèmes, entraînant un gaspillage énergétique ou empêchant l’observation du ciel nocturne feront l’objet de mesures de prévention, de suppression ou de limitation »

« Pour prévenir ou limiter les dangers ou trouble excessif aux personnes et à l’environnement causés par les émissions de lumière artificielle et limiter les consommations d’énergie, des prescriptions peuvent être imposées, pour réduire ces émissions, aux exploitants ou utilisateurs de certaines installations lumineuses, sans compromettre les objectifs de sécurité publique et de défense nationale ainsi que de sûreté des installations et ouvrages sensibles. Les installations lumineuses concernées sont définies par décret en Conseil d’Etat selon leur puissance lumineuse totale, le type d’application de l’éclairage, la zone d’implantation et les équipements mis en place. »

Pour suivre une démarche responsable en termes d’environnement, vous pouvez consulter le site très complet de l’ANPCEN et même participer au concours Villes et Village Etoilés.

Millésime 2015

Les 202 communes retenues en 2015 par l’ANPCEN présentent des profils très variés :

La plus petite commune a 23 habitants, 43 villes ont plus de 2000 habitants, 12 villes ont plus de 5 000 habitants, la plus grande 37 000 habitants.

En 2015, 1 commune a obtenu 5 étoiles, 8 communes ont obtenu 4 étoiles, 43 communes : 3 étoiles, 77 communes : 2 étoiles et 73 communes : 1 étoile.

La Normandie compte 61 communes labellisées depuis 2009.

 

Une étude téléchargeable sur Internet « éclairage du 21ème siècle et biodiversité » vous apportera beaucoup d’informations sur le sujet.

Retrouvez toutes les communes étoilées de l’Eure sur notre cartographie .

N’hésitez pas à nous contacter pour nous proposer toute modification ou ajout sur cette cartographie.

Crédit photo: ALEC 27

 

10 juillet 2017
0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *