Brionne : vers une gestion économe de l’énergie

Commune de plus de 4 500 habitants, lovée au cœur de la Vallée de la Risle, Brionne est réputée pour la richesse et la diversité de son patrimoine.

Patrimoine naturel d’une part, puisque Brionne se situe sur la passage d’une zone Natura 2000 au titre de la Directive Habitat (dite zone Natura 200 « Risle, Guiel, Charentonne ») et sur 6 ZNIEFF de type 1 et 2. Brionne et ses alentours abritent ainsi un grand nombre d’espèces animales et végétales remarquables.

Patrimoine industriel d’autre part, car Brionne a connu la belle époque des filatures, des moulins à huile et des moulins à coton, installés sur la Risle et dont on peut encore observer les roues à eau et les vannages. Aujourd’hui, l’économie Brionnaise n’a rien à envier au passé, puisque 5 grandes entreprises sont implantées sur la commune : Derivery (peintures écologiques), TRAMICO (mousses polyuréthane), UGITECH (tréfilage et laminage acier), Compin (sièges pour transports en commun et TGV), Kéolis (entreprise de transports en commun de l’Eure).

Maîtriser les dépenses liées à l’éclairage public : une priorité

Loin d’être tournée vers la passé, Brionne vit pleinement avec son époque et prouve qu’une commune rurale peut être économiquement dynamique, socialement équitable et écologiquement responsable.

En tête de ses projets, Brionne prévoit d’alléger ses charges de fonctionnement en réduisant sa facture énergétique (qui est actuellement de l’ordre de 330 000 euros/an). Le 28 septembre dernier, le Conseil Municipal a ainsi décidé de conventionner avec l’ALEC 27 afin d’être accompagné dans cette démarche. Depuis octobre, un groupe de travail composé de José MORENO et Lucien EON, adjoints au Maire, d’agents de la commune et d’une Chargée de mission de l’ALEC 27, a dessiné le profil énergétique de Brionne, identifié les postes les plus consommateurs et planifié une série d’actions d’économies d’énergie (via la méthode « Climat Pratic »).

Parmi ces actions, la rationalisation et la rénovation de l’éclairage public arrivent . Effectivement, lampadaires, projecteurs et éclairages de Noël consomment chaque année plus de 600 000 kWh d’électricité, pour une facture de 58 000 euros/an, soit 33% des dépenses d’électricité globales. 

Une première tranche de travaux a été réalisée en 2015, avec le remplacement des lampadaire de type « mât boule » par des lampadaires dont la lumière est orientée uniquement sous l’horizontale, munis de LEDs à 70 Watts et d’un système de gradation permettant d’adapter l’éclairage à l’intensité lumineuse extérieure. D’autres phases de travaux seront mises en œuvre, quartier par quartier, en fonction des ressources disponibles.

Une commune à l’écoute de ses habitants :

Soucieuse d’impliquer ses habitants dans cette réflexion, la commune prévoit d’ailleurs d’organiser une réunion publique au cours de laquelle d’autres communes viendront présenter les résultats de leurs actions sur l’éclairage public. Chacun pourra alors interroger les Elus sur les objectifs et les avantages d’un éclairage responsable et maîtrisé.

Enfin, la commune vient d’adhérer à l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturne (ANPCEN) et songe d’ores et déjà à participer au prochain concours des « Villes et Villages étoilés ». Rendez-vous fin 2017 pour compter les premières étoiles de Brionne…

19 février 2016
par