Changer ses menuiseries

Un peu d’histoire…

Les menuiseries faisaient traditionnellement office de simple aération dans le logement. En bois et en simple vitrage, les déperditions étaient importantes et source d’inconfort de par l’absence d’étanchéité à l’air. Elles étaient donc restreintes au strict minimum en nombre et en surface.

Avec l’amélioration des techniques constructives et les gains de confort, les ouvertures sont devenues plus nombreuses et grandes constituant un apport d’énergie solaire gratuit et une source de lumière naturelle dans le logement. Pour autant, lorsqu’il s’agit de changer ses menuiseries, il est important de bien déterminer ses besoins, de choisir sa menuiserie en conséquence et de veiller à sa bonne mise en œuvre afin de garantir l’ensemble des performances attendues.

Selon le diagnostic du bâti, les déperditions peuvent être plus ou moins importantes, (en moyenne pour un logement elles représentent 15 à 20% de l’ensemble des déperditions totales).

L’origine du changement est bien souvent liée à la sensation d’inconfort.

Comment choisir ?

Les questions préalables suivantes vous permettront de définir vos besoins :

Comment sont-elles exposées (vent, pluie, soleil) ?

Ainsi pour prévenir les surchauffes d’été, pensez aux protections de type stores, volets ou casquettes. Il existe de multiples types d’occultation.

Par rapport aux intempéries, choisissez un modèle adapté à l’aide du classement AEV (Air, Eau, Vent) expliqué ci-après.

 

Pour quel usage ?

Veillez à choisir un ouvrant adapté à la fréquence d’utilisation. Les poignées doivent être accessibles et, le cas échéant, à une hauteur adaptée aux personnes à mobilité réduite. Exemple pour la porte vitrée d’une école : si vous sollicitez très fréquemment l’ouvrant, choisissez un modèle d’ouverture avec 2 vantaux plutôt qu’un ouvrant d’un seul tenant avec un vitrage lourd : ceci pourrait entraîner des frottements, des blocages et à terme engendrer son remplacement.

La quincaillerie (accessoires de fixation et des articles de serrurerie) est importante également. Les paumelles (fixations entre l’ouvrant et le cadre de la menuiserie) doivent être en nombre suffisant, robustes et adaptées au poids de la menuiserie.

 

Quelles sont les contraintes réglementaires ?

Veillez à ce que les solutions apportées prennent bien en compte la législation relative à l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et la conformité par rapport aux règles d’urbanisme. Au préalable, renseignez-vous en Mairie, auprès de votre syndic si vous êtes en appartement. Par ailleurs, si le bâtiment est situé dans un périmètre sauvegardé ou que votre logement se situe en copropriété, des démarches seront à prévoir entraînant des délais supplémentaires.

 

Quel type de ventilation ai-je ?

Le fait de changer vos menuiseries va améliorer l’étanchéité à l’air du bâtiment. Hormis le cas où vous avez un système de ventilation double-flux* où il ne faut pas de grille d’entrée d’air, vérifiez dans le devis que l’artisan prévoit bien des grilles d’entrées d’air dans les pièces de vie (salon, salle à manger et chambres).

*Ventilation Double Flux : Système permettant de limiter les pertes de chaleur inhérentes à la ventilation en récupérant la chaleur de l’air vicié extrait de la maison et en l’utilisant pour réchauffer l’air neuf filtré venant de l’extérieur.

Vais-je effectuer d’autres travaux par la suite ?

Indiquez à l’artisan les travaux que vous projetez par la suite. Par exemple, si vous prévoyez d’isoler par l’extérieur votre bâtiment, une pose des menuiseries au nu extérieur (c’est-à-dire que vous aurez l’encadrement de la fenêtre qui ressortira côté intérieur) permettra d’assurer une bonne continuité lors de l’isolation des murs extérieurs. Cela vous permettra également de bénéficier d’un clair de jour plus important que si vous n’en aviez pas.

 

Des signes de qualité et des indices pour vous aider

Les artisans portant la mention RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) utilisent des méthodes conformes à la réglementation en vigueur. De plus, pour obtenir les différentes aides, il est nécessaire que l’artisan porte cette mention. Le site officiel suivant vous permet d’en trouver un près de chez vous.

Critères de performance thermique

Des performances minimales sont exigées dans la réglementation thermique. Vous pouvez vous appuyer sur celles qui sont exigées pour les aides financières.

Deux indices sont à prendre en compte :

Uw = le coefficient de transmission thermique, c’est la capacité de la fenêtre à retenir la chaleur à l’intérieur du logement. (Ud pour les portes et Ug pour le vitrage)

Sw = le facteur solaire, c’est la capacité de la fenêtre à laisser passer les apports solaires (énergie gratuite pour le logement).

Critères de performance acoustique

Il se caractérise par l’indice d’affaiblissement acoustique : il est conseillé d’avoir une valeur supérieure ou égale à 28 dB(A).

La certification Acotherm vous apportera des garanties sur les performances thermiques et acoustiques de l’ensemble de la menuiserie tandis que la certification Cekal portera uniquement sur le vitrage.

Le classement AEV (Air Eau Vent) est un classement qui vous permet d’apprécier la résistance de la menuiserie par rapport à ces 3 éléments.

Faut-il choisir une dépose totale ou conserver le cadre dormant de la fenêtre ?

Ce choix dépend essentiellement de l’état du cadre. L’entrepreneur doit vérifier que l’état du dormant est sain (pas de traces d’oxydation, d’humidité ou de moisissures, ni de déformation trop importante).

Si le dormant est conservé, une nouvelle fenêtre viendra recouvrir cette base .

Avantages :

  • solution plus rapide à la mise en œuvre
  • les travaux localisés n’endommagent pas le pourtour de la fenêtre

Inconvénients :

  • perte de luminosité
  • mise en œuvre comportant plus de risques de pont thermique par rapport à la qualité du support existant

Si vous optez pour la dépose totale, (l’état du dormant est trop dégradé) :

Avantages :

  • solution la plus performante
  • pas de perte de luminosité

Inconvénient :

  • les travaux de maçonnerie vont dégrader le revêtement du pourtour de la fenêtre

 

Et comment procéder ?

 

Obtenez entre 3 et 5 devis et prenez le temps d’échanger avec l’artisan sur la mise en œuvre, les possibilités techniques envisagées afin d’avoir une même source de comparaison des devis.

Renseignez-vous également sur ses références, les types de chantiers réalisés similaires.

A la fin du chantier, procédez à la réception des travaux en présence de l’entrepreneur. Vérifiez l’état des finitions, que les ouvrants fonctionnent bien et que les travaux effectués sont bien conformes au devis.

Vous établissez un procès-verbal dans lequel vous pourrez émettre vos réserves. Convenez d’un délai avec l’artisan pour ces corrections puis vous procéderez à un second rendez-vous pour la levée des réserves.

Durant les deux premiers hivers, les menuiseries peuvent légèrement bouger et donc nécessiter quelques réglages : suivant le type de correctif à apporter, les garanties de parfait achèvement (1 an) ou de bon fonctionnement (2 ans) peuvent être sollicitées.

Pour finir, quelques conseils d’entretien

Veillez à ne pas peindre la quincaillerie (notamment les pommelles) ainsi que les joints.

Ne percez pas vos menuiseries car vous dégraderez ses performances.

Si vos fenêtres sont en bois, suivez les conseils mentionnés dans la notice d’utilisation et n’utilisez que les produits d’entretien indiqués.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de conseils dans vos choix ou sur les aides financières.

 

Crédit photo: Fotolia
2 avril 2018
0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *