L’éducation au développement durable crée du lien dans les territoires

L’éducation au développement durable n’est pas dissociée de l’action publique. Elle l’accompagne et peut créer de nouvelles impulsions dans le territoire. L’éducation est complémentaire aux politiques publiques car à travers elle, ce ne sont pas que les élèves qui sont touchés, mais également les parents d’élèves, les professeurs et les acteurs du territoire sur lesquels s’appuient les projets. « Cette création de liens est l’élément important qui ressort des expériences qui nous ont été présentées, et c’est vital pour nos territoires de développer du lien entre nos habitants », expliqua en conclusion Mme Van Duffel, élue en charge du développement durable à la communauté de communes Roumois Seine.

M. Gatinet, président de la communauté de communes Roumois Seine, a introduit l’atelier technique qui a rassemblé une vingtaine d’élus, d’écoles et un conseiller pédagogique de l’Education nationale à Bourgtheroulde, le 9 mai, pendant lequel l’idée force selon laquelle l’éducation au développement durable dépasse le cadre scolaire pour créer du lien au territoire et entre les personnes a été développée. Les intervenants (le Maire de Fontaine l’Abbé, la directrice et professeur de l’école de Thuit l’Oison et moi-même, chargée de mission éducation de l’ALEC 27) ont apporté des témoignages concrets et complémentaires, ce qui en a fait la richesse.

Le maire de Fontaine l’Abbé a relaté son expérience concernant la mise en place d’une politique de prévention des déchets. « Je me suis appuyé sur les forces vives du territoire : le SDOMODE, l’école, les animateurs des temps d’activités périscolaires pour créer un événement festif et informatif. Le message est très bien passé car les élèves ont été marqués par les visites de sites (déchetterie et centre de tri) faites avec le SDOMODE. Lors de l’événement de mai rassemblant élèves et parents, un enfant est venu me voir en me disant qu’il n’avait pas de poubelle jaune chez lui. Sa maman était là, nous avons pu l’informer. »

La directrice et professeur de l’école de Thuit Signol a expliqué que le projet de développement durable a été intégré au projet de vie de l’école et a dynamisé les événements organisés dans le village. « Les parents d’élèves sont devenus totalement moteurs. Ils se sont saisis des projets comme le tri du papier de l’école et l’animation d’ateliers pendant le festival Récup ta planète fait en lien avec la mairie.  C’est intéressant de constater qu’ils proposent maintenant des activités nouvelles pour le village de Thuit Signol. »

J’ai expliqué l’intérêt de mener des projets d’éducation au développement durable par l’ouverture qu’ils apportent au territoire en impliquant des associations, des services publics de gestion de l’eau ou de tri des déchets et les parents d’élèves. A travers les exemples des défis écol’énergie et défi Watt collège, j’ai montré que les changements de comportement des élèves ne se limitaient pas à l’école et étaient sources d’échanges positifs avec leurs parents.

Afin de prendre connaissance du support de présentation des 3 intervenants, cliquez sur le lien suivant : Présentation globale des 3 intervenants de l’atelier.

A la suite des présentations, il est ressorti des échanges l’importance de prévoir les actions dans le temps, afin de se laisser le temps de la réflexion et de l’assimilation mais aussi le temps de mener les projets à bien sans se décourager et en impliquant le plus de personnes possibles. Il est nécessaire que les actions soient portées de façon volontaire par les acteurs car l’investissement demandé est indéniable mais retrouvé et ‘remboursé’ lorsqu’un effet d’entraînement est créé.

Les effets bénéfiques de l’investissement dans l’éducation au développement durable peuvent également être retrouvés dans le cas de projets qui en semblent totalement déconnectés. Je citerai à titre d’exemple la démarche de la métropole de Bordeaux qui m’a été rapportée lors des Assises de la transition énergétique : « La métropole a lancé des chantiers simultanés pour la construction de 3 lignes de tramways », m’a expliqué la personne chargée du projet. « Les problèmes de circulation engendrés par ces chantiers était tels que la situation était devenue explosive avec les habitants. Pour désarmorcer les conflits, nous avons décidé de faire travailler les écoles sur ce projet de tramway comme porte d’entrée pour l’éducation au développement durable. Les élèves ont travaillé sur toutes les problématiques qui ont mené la ville à décider de mettre en œuvre le tramway. Ils ont rencontré tous les acteurs concernés et construit un retour auprès de leurs parents. Cela a désamorcé tous les conflits. »

16 mai 2017
0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *