Les Assises de l’Energie sont toujours riches en informations et retours d’expériences. Le cru 2018, qui avait lieu sur le territoire du Grand Genève, n’a pas failli à la règle.  Nous avons découvert Genilac, un réseau qui utilise l’eau du lac, une source d’énergie renouvelable, pour rafraîchir et réchauffer plusieurs quartiers de la ville.

Génèse

A la recherche de solutions thermiques propres et durables, SIG, Services Industriels de Genève, un établissement de droit public, conçoit et réalise dès 2008 en partenariat avec l’Etat de Genève et des universités, un système baptisé Genève Lac Nations, GLN. S’inspirant de GLN, Génilac s’étendra au centre-ville (déploiement 2017-2021) puis à la zone de l’aéroport(en 2022) sous la forme d’un vaste réseau hydro-thermique qui achemine l’eau du lac , pompée en profondeur, directement dans les bâtiments, pour les rafraîchir. Ce système peut également être couplé à des solutions de chauffage renouvelable, grâce à l’adjonction de pompes à chaleur haute performance.

Un principe simple et une technologie durable

Genilac utilise une ressource naturelle et 100% renouvelable. En se substituant aux équipements de production existants, il diminue la consommation d’électricité (- 80% à horizon 2020) et d’eau potable, et évite l’utilisation de gaz frigorigènes à effets de serre. Pour le chauffage, le fait de coupler des pompes à chaleur au réseau de froid permet de diminuer les émissions de CO2 liées à l’utilisation d’énergies fossiles (-25% à l’horizon 2020).

L’eau du lac est pompée à 45 mètres de profondeur, où la température est stable tout au long de l’année. Elle circule depuis la station de pompage vers les bâtiments raccordés, par un réseau innovant de canalisations. Une fois utilisée dans l’immeuble, l’eau est restituée à son milieu naturel, le lac ou le Rhône, dans les eaux de surface afin de ne pas perturber le milieu aquatique, et à une température proche du milieu ambiant (3°C en hiver et 15° en été). Aucun produit additif n’est utilisé. Un suivi environnemental  a bien abouti à la conclusion que cette restitution n’avait aucun impact sur la faune et la flore.

Exploitation

C’est SIG qui construit, exploite et maintient le système pendant 30 ans. La centrale de Versoix qui est en fonctionnement depuis 10 ans a proposé un tarif aux promoteurs des immeubles desservis selon que l’eau chaude fournie était à 40°, 50° ou 60° C; le choix s’est porté sur la fourniture d’eau à 40° C avec utilisation d’un chauffage Eau Chaude Sanitaire à part si besoin. Le système de supervision permet d’intervenir à distance dans de nombreux cas, limitant ainsi au minimum les déplacements de techniciens et permettant de maîtriser les coûts.

Bien que tous un peu différents par rapport aux choix techniques retenus, de nombreux réseaux hydro-thermiques existent dans les lacs de Suisse.

Crédit photo: ALEC 27 et illustrations SIG
7 février 2018