25 communes euroises agissent sur leur éclairage public

Mercredi 25 avril a eu lieu la remise des labels « villes et villages étoilés » édition 2011. Cinq communes euroises se sont ainsi vu récompensées pour leurs actions exemplaires en termes de d’éclairage public.

Cette année ce sont donc 25 communes qui ont le label sur le département de l’Eure. Ce qui place le département de l’Eure en tête des départements français les plus labellisés.

Le label « villes et villages étoilés » est un dispositif élaboré par l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes – ANPCEN.

Ce label récompense les communes ayant mis en place des actions exemplaires en termes de :

  • Réduction de leur consommation
  • Diminution des pollutions lumineuses liées à l’éclairage public.

Ce label classe les communes avec une note allant de 1 à 5 étoiles. Ces labels sont décernés pour deux ans.

source : www.eure-en-ligne.fr

Les 5 communes labellisées cette année sont :

  • Dame-Marie : 5 étoiles
  • Irreville: 5 étoiles
  • Criquebeuf-la-campagne : 3 étoiles
  • Francheville : 2 étoiles
  • Venon : 1 étoile

 

Parallèlement à la labellisation des communes, l’ANPCEN propose aux municipalités de signer une charte de protection de l’environnement nocturne. A travers cette charte, les communes s’engagent ainsi à mettre en place des bonnes pratiques avec des mesures concrètes préconisées dans le cadre du cahier des charges de l’ANPCEN. En voici quelques exemples :

Optimisation de l’éclairage :

  • Orientation des sources lumineuses vers le sol pour une meilleure efficacité de l’éclairage public.
  • Vasques équipées de verres plats et transparents afin d’éviter une diffusion de la lumière vers le ciel.
  • Ampoules encastrées dans les vasques.
  • Interdiction des spots encastrés dans le sol éclairant à la verticale.

Dimensionnement en fonction des besoins  :

  • Calcul de la puissance lumineuse nécessaire en cas de nouvelle installation ou réfection de réseau
  • Intensité lumineuse adaptée
  • Hauteur des candélabres définie afin de limiter le sur-éclairage

Extinction de l’éclairage public :

  • Extinction de 23 h 00 le soir à 6 h le lendemain matin
  • Mises en lumière existantes de monuments limitées à des tranches horaires et garderont un caractère évènementiel.
  • Mises en lumière de sites naturels seront interdites,
  • Installation d’appareils à rayonnement laser ou incandescent produisant un faisceau lumineux publicitaire à haute altitude dans le ciel nocturne  interdit.
  • Les enseignes publicitaires lumineuses des zones commerciales et des zones d’activités seront éteintes de 22 h à 7 h du matin.

Promotion de l’éclairage passif :

  • Catadioptres ou matières réfléchissantes obligatoirement pour l’aménagement des giratoires et pour toute signalisation hors agglomération

Pour plus d’informations :

2 mai 2012
2 Commentaires/par
2 réponses
  1. Canivet
    Canivet dit :

    Cela parait bien dans le principe mais des équipements de sécurité et d’aide aux déplacements alternatifs sont couplés à l’éclairage public ce qui les rend inopérants
    le jour.
    Cela impliquerait des alimentations spécifiques coûteuses et énergivores.
    Le concept d’éteindre la nuit est à prendre avec précaution, sans compter l’&aspect “sécurisant” de l’éclairage.

    • Florent FENAULT - Conseiller Info-Energie
      Florent FENAULT - Conseiller Info-Energie dit :

      Bonjour,

      La charte de l’ANPCEN propose un cadre à la collectivité à aller dans le sens d’une pollution lumineuse et d’une consommation maitrisées.

      Les collectivités restent cependant décisionnaires sur les équipements et les extinctions qu’elles souhaitent mettre en place.

      Comme vous le soulignez, il est indispensable de prendre quelques précautions de mise en œuvre.

      Sur l’aspect “sécurisant” de l’éclairage public, il est a noter que l’ANPCEN a constaté une forte baisse des taux de vandalisme/cambriolage dans les villages ayant mis en place l’extinction d’éclairage public.

      Concernant les risques liés aux voitures, le même constat à été fait.

      Reste, effectivement, la nécessité de sécuriser les piétons soit par des systèmes d’éclairage passif soit par un éclairage spécifiquement dédié.

Les commentaires sont désactivés.