A Bray et au Tilleul-Othon : un parc éolien, mais pas que !

Un parc éolien a été mis en service dans l’Eure fin 2018, sur les communes de Bray et du Tilleul-Othon, après avoir mis plus de 10 ans pour sortir de terre. C’est le sixième parc éolien raccordé au réseau dans le département de l’Eure, quand la Manche et le Calvados en comptent plus de 15 chacun et la Seine-Maritime plus de 30. Les mesures d’accompagnement financées par le développeur éolien ont permis de mettre en place des projets de développement durable, dont un verger conservatoire et la restauration de plusieurs mares.

Une histoire pleine de rebondissements

Le projet a mis longtemps à voir le jour : c’est en 2003 que les élus des deux communes ont su que le secteur était propice à l’installation d’éoliennes. Le Conseil Municipal avait alors délibéré pour qu’une société fasse une étude de faisabilité. Un premier permis de construire a été refusé en 2007, puis en 2008, pour finalement être accepté en 2012. Mais le Conseil Municipal de l’époque n’était pas favorable et a déposé un recours contre cette décision préfectorale. Une nouvelle équipe municipale élue en 2014 a décidé de renoncer à ce recours et de soutenir le projet éolien. Plusieurs éléments ont joué dans cette décision : la volonté de s’impliquer dans la transition énergétique pour les générations futures et les retombées fiscales importantes pour le budget de la commune.

Informer et associer les habitants au projet pour lever les craintes

Pour accompagner la mise en place des éoliennes, une concertation a été mise en place avec les citoyens, les associations locales, les élus, notamment pour décider de l’utilisation des retombées économiques et des mesures d’accompagnement qui sont financées par le développeur éolien, Energie Eolienne France. Plusieurs ateliers d’information et de discussion ont eu lieu dans les deux communes. L’équipe municipale a également mené des discussions avec le développeur pour que le parc éolien soit en partie financé par des fonds publics et citoyens, afin de maintenir une partie des dividendes générés dans le territoire. Ce type de fonctionnement citoyen existe pour plusieurs projets en France. Plusieurs partenaires possibles ont été mis autour de la table, mais les discussions n’ont pas abouti et le projet reste finalement privé.

Des éoliennes qui tournent depuis 2018

Les travaux ont débuté fin 2017 et les éoliennes ont été installées pendant l’été 2018, elles sont maintenant en fonctionnement depuis un an. Leur mât mesure 80 mètres, soit une hauteur en bout de pâles de 121m. Les éoliennes ont été construites en Allemagne. Elles ont chacune une puissance de 2MW, ce qui permet de produire l’équivalent de la consommation de 3270 foyers en électricité. Aujourd’hui, le parc est plutôt bien accepté, il n’y pas de remarques négatives qui remontent à la mairie, et c’est même devenu un lieu de promenade, où les gens s’arrêtent.

Des mesures d’accompagnement financées par le développeur éolien

Plusieurs mesures d’accompagnement financées par le développeur éolien ont été mises en place, dans le but de renforcer l’engagement des communes en faveur de la transition énergétique et de la biodiversité. Au total, les deux communes bénéficient d’un fonds de concours de 320.000 euros. Deux de ces mesures ont déjà été mises en place au Tilleul-Othon : la création d’un verger conservatoire et la restauration de deux mares, mais il est aussi prévu d’effectuer une rénovation thermique de la salle des fêtes. Dans la commune de Bray, il est prévu de réaliser l’isolation thermique de la salle communale, de créer un espace extérieur d’équipements sportifs et de restaurer une mare. Un projet commun est aussi en cours d’études, celui de créer un Chemin des Eoliennes, qui serait un chemin pédagogique pédestre et cyclable traversant les deux communes. Une Convention signée avec le développeur permet également aux deux communes de toucher 4000 € par an pour l’usage des servitudes de passage. Enfin, une dernière Convention pourrait être signée avec une association de développement local pour la mise en place d’un fonds d’aide à la transition écologique afin de faire avancer d’autres projets de développement d’énergies renouvelables sur les deux villages ou les villages environnants.

Un verger conservatoire : des poires et des pommes pour les générations futures

Un verger conservatoire a été créé sur un terrain communal de 6000m² à l’entrée du village. Il a été planté de 47 poiriers et pommiers de différentes variétés locales et anciennes, qui ont été choisies pour leur adaptation au changement climatique, c’est à dire leur capacité à résister aux gelées tardives ou à un manque d’eau. Les variétés ont été choisies en 2017 et le greffage a eu lieu au printemps 2018 avec des habitants venus apprendre la technique. Le terrain accueille aussi une haie de petits fruits et des fleurs mellifères, prêts à accueillir les abeilles des ruches qui devraient être implantées sur le site. Les arbres sont clôturés en deux espaces qui peuvent accueillir des moutons et un aménagement pour les chauves souris sera réalisé dans la butte qui sert d’observatoire. Tout a été pensé pour accueillir une diversité d’espèces animales et végétales.

Une mare restaurée pour la biodiversité

La commune du Tilleul-Othon compte plusieurs mares, qui jouent un rôle dans le maintien de la biodiversité, dépollution et régulation des eaux de ruissellement mais sont aussi un élément clé du paysage. Beaucoup de mares ont disparu, abandonnées ou remblayées. Il existe deux mares communales : la Grande Mare, d’une superficie de 450m², et la Ronde Mare, qui héberge une flore et une faune locale. Un travail de restauration de ces deux mares a été mené avec plusieurs partenaires : le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de l’Eure (CAUE 27), l’Agence Régionale de l’Environnement, le Conservatoire des espaces naturels, l’Agence de l’Eau, le Département, etc.

Plusieurs signaux ont montré qu’il était temps d’agir: moindre feuillaison, perte de branches, envahissement par le gui. La Grande Mare était en train de s’asphyxier et son eau était de mauvaise qualité, recevant les eaux de pluies venant de la route. En 2016, les travaux ont débuté : déblaiement des déchets végétaux, rognage des souches de peupliers, curage modérée des mares, plantations. La restauration de la Grande Mare permet d’améliorer la qualité de l’eau avec une zone de décantation et de filtration entre la route et la mare. Une haie bocagère a été plantée pour remplacer des peupliers, qui permet à la lumière d’atteindre l’eau et de retenir les berges. Une diversité de plantes (pommiers, sureaux, noisetiers, etc.) attire une plus grande diversité de faune sauvage. Autour de la Ronde Mare, ce sont des arbres et arbustes qui ont été plantés pour constituer une zone de refuge et de nidification pour la faune alentour. Depuis la restauration, de nombreuses espèces sont revenues : des crapauds communs, des hérons cendrés, des poules d’eau, des hirondelles, des libellules imperator, etc.

Crédit Photo: ALEC 27

28 mai 2019
par