A la chasse aux déchets au collège de Gasny

La rentrée scolaire approche à grands pas et l’année qui s’annonce est l’occasion de mettre en place des projets innovants. Le défi Watt collège et le défi écol’énergie impliquent les élèves, les professeurs, les équipes d’entretien des établissements scolaires. Pour des actions innovantes et améliorant l’environnement scolaire, dont vous trouverez un exemple avec le collège de Gasny ci-dessous.

Justine et Eloïse, les élèves de 5ème de la classe pilote participant au défi Watt collège à Gasny ont pris les choses en main : elles ont organisé l’opération « nettoyons la nature » le mardi 17 mai sur l’heure du midi. Les élèves, les agents et les professeurs étaient conviés à participer au ramassage des déchets sur la totalité du terrain du collège. Equipés de gants et armés de bonne humeur, la principale adjointWP_20160517_13_06_47_Pro vnol , les professeurs du défi, la professeur bibliothécaire, les animateurs de l’ALEC 27 et 5 élèves ont sillonné la cour afin de ramasser l’ensemble des bouts de plastique, bâtons de sucettes, emballages de sucreries, etc., jonchant la cour.

Cet exercice a été l’occasion pour les personnels et les élèves engagés dans la démarche du défi Watt collège d’aller à la rencontre de tous élèves et de pouvoir les sensibiliser au nombre important de déchets jetés, ce qui dégrade leur environnement visuel mais pollue également. Le matériau principalement jeté est en effet du plastique. Or ce dernier se dégrade sur un temps très long mais a aussi tendance à se déchiqueter et se réduire à l’état de micro-particules volatiles pouvant être ingérés par les animaux ou circuler dans l’eau.

Le défi Watt, centré sur les problématiques de l’énergie, permet de prendre conscience des incidences de la pollution de l’environnement, et notamment de la pollution par des micro-particules de plastiques des sols et des eaux qui impactent à terme la biodiversité. Or la biodiversité rend de nombreux services gratuits aux hommes, de la dépollution et rétention de l’eau par les arbres à la création d’oxygène par les plantes et les algues en général, pour ne citer que quelques exemples. Lorsque la biodiversité fait défaut pour rendre ces services gratuits, l’homme doit compenser par son travail, donc son énergie corporelle, ou en utilisant de l’énergie à travers des machines, etc. Par exemple, la dépollution de l’eau demande de l’énergie WP_20160517_13_21_33_Produ fait du fonctionnement des bacs clarificateurs, etc.

N’attendez plus et impliquez-vous également dans la démarche!

 

19 août 2016
par