Calorifugeage des réseaux : un gain très vite rentable

Vous chauffez raisonnablement, vous avez isolé correctement votre habitation, opté pour une chaudière performante, voire pour une énergie renouvelable et vous vous dites : je ne peux plus optimiser ma consommation.

 

Mais vos canalisations de distribution d’eau chaude sont-elles isolées ?

Cette action qui coûte très peu cher (40 € TTC/ ml réalisée par un professionnel ou 10 € TTC / ml réalisée par vous-même) consiste à isoler les tuyauteries d’une installation de chauffage et d’eau chaude sanitaire afin d’éviter les pertes de chaleur, d’énergie et de réduire les factures.

Le calorifugeage s’impose, surtout lorsque les points de distribution de l’eau sont éloignés de la source de production et que les canalisations se trouvent en volume non chauffé et bien sûr lorsque les tuyaux se trouvent dans des espaces non chauffés (cave, grenier, garage,…).

source: BE SUNSQUARE

Les matériaux dits de classe 2 couramment utilisés pour le calorifugeage des canalisations sont :

 

–       Coquilles de fibres minérales,

–       Bandes de fibres minérales,

–       Manchons de mousse en plastique.

 

Quels gains possibles ?

Vous divisez par 6 les déperditions par mètre linéaire. Sur la facture de chauffage et d’eau chaude le gain peut atteindre 5 à 10 % si le réseau est important et en grande majorité dans une partie non chauffée.

Faut-il isoler les canalisations à l’intérieur de l’habitation ?

A priori si le réseau passe dans vos pièces chauffées l’énergie perdue chauffera en partie les volumes. Néanmoins, les calorifuger améliorera globalement le rendement de votre installation : un tuyau est là pour distribuer de la chaleur et un radiateur pour émettre cette chaleur.

N’oubliez pas le ballon d’eau chaude sanitaire

ballon installé dans des combles perdus non chauffés
source: Alec 27

L’isolation peut aussi être renforcée autour du ballon d’ECS surtout si celui-ci se trouve dans un espace non chauffé. Bien qu’isolé, il perdra énormément d’énergie si il se trouve dans un grenier où la température l’hiver est proche de celle de l’extérieur.

Pour résumer

Avantages :

  • Réduction des déperditions des canalisations en volume non chauffé
  • Arrivée plus rapide de l’ECS, même non bouclée
  • Protection mécanique des canalisations
  • Meilleur confort d’été pour les canalisations d’ECS

Inconvénients :

  • Abaisse la température des locaux auparavant chauffés par les canalisations traitées

Encadrement réglementaire :

DTU : 65.9 Installations de transport de chaleur ou de froid et d’eau chaude sanitaire entre productions de chaleur ou de froid et bâtiments et 65.10 Canalisations d’eau chaude ou froide sous pression et canalisations d’évacuation des eaux usées et des eaux pluviales à l’intérieur des bâtiments – règles générales de mise en œuvre.

Arrêté du 3 mai 2007 : Caractéristiques thermiques et performance énergétique des bâtiments existants.

Arrêté du 13 juin 2008 : Performance énergétique des bâtiments existants en cas de travaux de rénovation importants

Pour plus d’informations, contactez nos Conseils en énergie partagée.

30 mars 2015
par