Energie et patrimoine communal : bilan de l’enquête TNS Sofres 2012

1.      Pourquoi une nouvelle enquête ?

Les collectivités territoriales ont un rôle, des compétences et des champs de responsabilité dans la mise en œuvre des politiques territoriales de maîtrise de l’énergie et de lutte contre le changement climatique. En tant qu’acteurs de proximité, elles ont la responsabilité de mettre en place des actions concrètes telles que l’optimisation de la gestion énergétique, la réalisation d’audits ou encore la réhabilitation des bâtiments publics.

Le budget énergie d’une commune représente en moyenne 4,2% de son budget de fonctionnement. C’est un poste qui est en continuelle augmentation, lié en particulier à la hausse des énergies fossiles et fissiles.

C’est dans ce cadre que l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), en partenariat avec le Groupe de Travail Energie Climat de l’Association des Ingénieurs Territoriaux de France (AITF), et la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies (FNCCR) ont décidé de renouveler l’enquête sur les consommations et dépenses d’énergie des communes.

Cette enquête confiée à TNS Sofres a pour but :

• d’actualiser la connaissance des consommations et dépenses pour l’année 2012,

• d’offrir aux collectivités des données de référence leur permettant de parfaire leurs connaissances et d’enrichir les outils de gestion de leur patrimoine,

• de donner un cadre d’observation utile dans la construction et l’évaluation des Plans Climat-Energie Territoriaux.

 2.      Le bilan global

La consommation totale du patrimoine géré directement par les communes de métropole y compris les communes de moins de 500 habitants et l’ensemble Paris-Lyon-Marseille (PLM) pour l’année 2012 est évaluée à :

  • 27,05 TWh (4 Mtep), soit 451 kWh par habitant (66 ktep/habitant)

La dépense pour l’année 2012 représente une charge financière de :

  • 2,78 milliards d’euros, soit 46,3 € par habitant

Rapportée à la dépense totale de fonctionnement des communes, la dépense d’énergie représente 4,2% du budget de fonctionnement, masse salariale incluse.

Comme dans les enquêtes précédentes, on constate que cette part reste plus importante dans les petites communes que dans les grandes villes.

graphique extrait de l’enquête TNS SOFRES


 3.      Les grands postes de consommation

Le poids des bâtiments dans le bilan énergétique est plus important dans les grandes communes alors que celui de l’éclairage public décroît avec la taille.

Néanmoins, même pour une petite commune, le bâtiment représente en moyenne 74 % des consommations et 70% du budget.

A contrario, les communautés d’agglomération et les communautés urbaines disposent d’un patrimoine par habitant plus faible et consacrent une part moins importante de leur budget aux bâtiments et davantage aux carburants.

graphique extrait de l’enquête TNS SOFRES

 

Le bilan énergétique par type d’énergie met l’électricité en tête suivie du gaz naturel, du fioul, et des autres formes d’énergie (propane, réseau de chaleur,…) et enfin des carburants.

Notons que la part liée à l’électricité passe de 44% en consommations à 55% en dépenses. En effet, l’électricité est actuellement l’énergie la plus chère du marché avec le propane.

graphique extrait de l’enquête TNS SOFRES

 

4.      Energie et collectivités : consommations en baisse, facture en hausse !

Entre 2005 et 2012, les consommations d’énergie des communes ont diminué d’environ 9%, ce qui leur permet de limiter l’impact des hausses du coût des énergies. La consommation d’énergie des communes est ainsi passée de 524 kWh par habitant en 2005 à 475 kWh / hab. en 2012. Outre un climat plus clément en 2012 par rapport à 2005, cette baisse s’explique par des investissements dans la maîtrise de l’énergie : rénovation de l’éclairage public, suivi des consommations, isolation des bâtiments publics… Ces investissements restent néanmoins corrélés avec la taille de la commune : les grandes villes ont davantage diversifié leurs actions. La baisse des consommations leur a permis de limiter la hausse du budget consacré à l’énergie. Alors qu’entre 2005 et 2012, le prix du gaz naturel a augmenté en moyenne de 60 à 85%, celui du fioul domestique de 65% et celui de l’électricité dédiée à l’éclairage public de 40%, la facture énergétique des communes a augmenté, elle, de 35,5%. Les dépenses énergétiques sont ainsi passées de l’équivalent de 36 euros/habitant en 2005 à près de 49 euros/hab en 2012. Les dépenses d’énergie représentaient 10% en moyenne du budget de fonctionnement des communes, hors masse salariale.

Tous les grands postes de consommation connaissent une tendance à la baisse (bâtiments communaux, carburant des véhicules), et notamment l’éclairage public. La consommation d’énergie dédiée à l’éclairage a en effet baissé de 10 points entre 2005 et 2012, passant de 94 kWh/hab. à 85 kWh/hab. Cette baisse notable s’explique par une nouvelle gestion de l’éclairage public. Dans l’ensemble, les communes ont repensé les dispositifs d’éclairage pour les rendre plus économes : diminution du nombre de lampadaires, baisse de la puissance d’éclairage, réduction du nombre d’heures d’éclairage et généralisation des lampes plus efficaces (sodium, LED…).

graphique extrait de l’enquête TNS SOFRES

Pour plus d’informations, contactez nos Conseillers en Energie Partagée.


16 juillet 2014
1 Commentaire/par
1 réponse

Les commentaires sont désactivés.