Festiwatt : 250 élèves en action autour des éco-gestes

10 ateliers organisés pour appréhender les thématiques de la transition énergétique : c’est le défi que se sont lancés les élèves de la 4ème C du collège Jean Rostand d’Evreux ce 22 mai 2017. Accompagné par l’Agence locale de l’énergie et du climat de l’Eure dans le cadre du défi watt collège, le collège a décidé de mettre en place une action de sensibilisation d’envergure alliant manipulations, débats, expositions et présentations. Défi réussi avec 250 élèves de 6ème et 5ème formés dans des ateliers diversifiés et complets. De 14 à 16 heures, les classes ont pu vivre de nombreuses expériences dont voici un aperçu.

Les courts-métrages mettant en scène des éco-gestes

Les élèves ont travaillé avec leurs professeurs de français et technologie mais aussi largement en autonomie pour trouver les idées, écrire les scénarios, filmer les scènes et monter les films. Deux élèves ont animé l’atelier pour expliquer leur démarche : comment ils avaient choisi leur thématique (le court-métrage préféré des élèves spectateurs a été celui mettant en scène la ‘vente’ d’une poubelle comparée à une voiture : oui, la poubelle a des roues, un toit ouvrant, etc…) et développé leur scénario. L’animation était terminée par un débat.

Le vélo électrique et l’éco mobilité

Les ventes de vélos électriques ont le vent en poupe, notamment depuis la mise en place de l’aide de 200€ de l’Etat à l’achat d’un vélo. L’ALEC 27 a prêté ses deux vélos électriques afin que les élèves puissent tester et se rendre compte par eux-mêmes de la sensation donnée par un vélo électrique. Les trois élèves animant l’atelier ont organisé une course où les deux élèves ont un petit parcours à faire et doivent répondre à une question dont la réponse figurait dans l’exposition ‘bougeons-nous autrement, c’est vital’ empruntée auprès de l’Agence Régionale de d’Environnement (ARE).

Faire ses propres produits cosmétiques et produits ménagers

La transition énergétique passe aussi par la réduction des polluants chimiques rejetés dans les eaux et dans les sols contenus dans les produits d’entretien et de beauté que nous achetons. Ces produits sont également source de pollution de l’air intérieur de nos logements. A partir de recettes tirées du site du SMEDAR composées à base de soude (base) et de vinaigre (acide), les élèves ont pu réaliser et tester du produit à vitres, de la lessive et du produit multi-usages dans des ateliers animés à chaque fois par deux élèves de 4ème C.

D’autres élèves participants ont pu réaliser leur gommage, leur masque visage au chocolat, leur rouge-à-lèvres, leur eye-liner, leur fond de teint, leur masque après-shampoing et leur masque pour visage contre l’acné. A travers la réalisation de ces produits, c’est également la question des déchets qui est abordée, car il est finalement possible de faire ses propres produits dans des pots réutilisables plutôt que d’acheter tubes et boîtes qui finissent à la poubelle. En termes d’énergie, cela pose aussi le problème des matières premières que nous extrayons, transformons et transportons pour finalement les jeter…

 

Trier pour recyclerLe SETOM (Syndicat mixte pour l’étude et le traitement des ordures ménagères) est intervenu pour appuyer cette question des déchets en expliquant quels étaient les processus du recyclage et rappeler l’importance du tri pour ce recyclage. Il a aussi été rappelé que tout déchet jeté dans la nature ne pouvait être recyclé et que sa dégradation provoquait de nombreux impacts négatifs.

La consommation énergétique du monde ‘virtuel’

Un des grands oubliés dans les postes de consommation énergétiques modernes est celui qui est lié à l’usage d’Internet et de la téléphonie mobile. Une exposition permettait de rappeler aux élèves qu’Internet et la téléphonie mobile ne sont pas virtuels mais très matériels. Ils fonctionnent grâce à un ensemble de câbles, data center et antennes relais consommant beaucoup d’énergie pour transporter et stocker l’information. De plus, cette information est accessible par les ordinateurs, tablettes et smartphones qui demandent beaucoup de matières premières et d’énergie pour être créés. L’impact des logiciels dans notre consommation d’énergie était également décrypté dans cette exposition animée par un professeur de physique du collège Jean Rostand.

La chasse au trésor de l’énergie

Une classe a été divisée en 5 groupes et chacun devait suivre un parcours permettant de résoudre des énigmes et des manipulations autour de l’énergie dans plusieurs salles du collège : mesure avec des wattmètres pour la puissance des appareils électriques, avec des thermomètres infrarouges pour la température de différentes matières et avec des détecteurs de CO2 pour le taux de renouvellement de l’air ; expériences avec des citrons et des isolants… Les chercheurs ont appris en s’amusant !

Comprendre d’où vient l’énergie éolienne

Une classe a travaillé pendant une heure sur la question : « comment est créé le vent ? ». En effet, avant de parler de son utilisation par les éoliennes ou moulins à vent, il est important de comprendre d’où viennent le vent et les phénomènes physiques associés. Les élèves devaient ainsi noter leurs hypothèses et ensuite trouver comment les mettre en œuvre avec l’ensemble du matériel dont ils disposaient : paille, fil, ballons, bouteille, bouilloire, pompe à vélo, carton, mouchoirs, pipette… Les élèves ont rapidement compris que le vent est de l’air (donc de la matière) en mouvement et que le mouvement dépend de la pression. Mais pourquoi la pression change ? Et c’est là que les investigations commencent !

Le jeu des 7 familles d’éco-gestes

Deux élèves de 4ème C ont présenté et fait joué les élèves au jeu de 7 famille d’éco-gestes qu’elles avaient créé pendant le défi Watt collège. De façon participative, elles ont demandé aux élèves quels étaient les éco-gestes qu’ils connaissaient déjà, ceux qu’ils mettaient en œuvre et pourquoi elles avaient choisi d’en illustrer certains plutôt que d’autres…

 

Crédits photographiques : ALEC 27

 

 

23 mai 2017
par