Trinité-de-Réville: le Centre culturel chauffé au bois-énergie

A l’initiative de La Communauté de Communes du Canton de Broglie regroupant 20 communes situées en zone rurale dans le sud-ouest de l’Eure, a été inauguré en janvier 2012 le Centre de Culture, de Ressources, d’Initiatives et de Loisirs (CCRIL) sur la commune de la Trinité-de-Réville.

Ce centre comprend un Point Accueil Jeunesse (PAJ) et les pôles suivants : Petite Enfance, Enfance Jeunesse, Environnement, Social, Ressources et Multimédia, Animation et Culturel. Il permet aux associations du territoire d’organiser des animations, diffuser et échanger avec les habitants du territoire et au-delà.

 

Le bâtiment se caractérise par une architecture remarquable et par une recherche de performance environnementale de niveau HQE. Pour ce nouvel équipement de 900 m², cela s’est traduit notamment par le choix du bois-énergie comme mode de chauffage et l’installation de panneaux solaires thermiques pour la production d’eau chaude sanitaire.

Une chaudière automatique à plaquettes de marque Köb modèle Pyrot de 100 Kw a été installée et mise à feu en octobre 2011.

Cette chaudière assure la totalité du chauffage du bâtiment. La production d’eau chaude sanitaire est assurée par 15 m² de panneaux solaires thermiques associés à un ballon de 1 500 litres. L’appoint est réalisé par la chaudière bois.

La puissance installée de la chaudière est supérieure au besoin car il est prévu de réhabiliter un bâtiment voisin qui partagerait cet équipement pour ses besoins de chauffage.

Un combustible issu du territoire

En choisissant le bois-énergie, les élus ont souhaité tirer profit des ressources locales (bois, haies …) assez importantes dans cette région de l’Eure pour participer au maintien et au développement de l’emploi local. La CC du Canton de Broglie a contractualisé avec la SCIC Bois Bocage Energie basée à proximité dans l’Orne. Des agriculteurs locaux ont adhéré à cette société coopérative d’intérêt collectif et stockent sous leurs hangars le bois déchiqueté. Un modèle de circuit de proximité exemplaire s’est mis en place. Les plaquettes parcourent moins de 15 km entre les lieux de production, de stockage et de consommation.

Stockage des plaquettes / Décendrage

L’alimentation de la chaudière s’effectue à partir d’un silo enterré de 60 m³ séparé de la chaufferie par un mur coupe-feu. Le désilage du combustible est assuré par un extracteur à pales rotatives de 4 m de diamètre et son transport vers le foyer s’effectue à l’aide d’une vis sans fin de 3,5 m.
La chaudière est équipée d’un décendrage automatique. En période hivernale, le vidage du petit bac à cendres nécessite au maximum deux à trois interventions par semaine de la part des employés de la Communauté de Communes.

Un premier bilan

Après plus de trois années d’exploitation, il est intéressant de faire un premier bilan. Pendant les deux premières saisons de chauffe, de fréquents ajustements des réglages ont été nécessaires. Suite à cela, des évolutions ont été réalisées principalement à deux niveaux : une plus grande exigence de qualité de la plaquette livrée par les agriculteurs locaux et l’installation en 2013 d’un ballon tampon de 2000 litres.

La plaquette doit être de granulométrie régulière, exempte au maximum d’impuretés et présenter un taux d’humidité inférieur à 25%, ce qui est le cas aujourd’hui.

La présence d’un ballon tampon est indispensable dans une installation bois-énergie chargée de couvrir 100 % des besoins. Sans ballon tampon, la chaudière tournera le plus souvent en sous-régime. La présence d’un ballon tampon correctement dimensionné permet à la chaudière de fonctionner à puissance nominale. On améliore ainsi le rendement et la rentabilité de l’installation tout en évitant un vieillissement prématuré des organes et une pollution liée à une moins bonne combustion en sous-régime.

Cette évolution était d’autant plus nécessaire que le sur-dimensionnement initial de la chaudière reste d’actualité, le bâtiment voisin susceptible d’être raccordé n’ayant pas à ce jour fait l’objet d’une réhabilitation. Suite à ces évolutions, l’installation donne toute satisfaction et devient un exemple en matière d’approvisionnement en circuit court.

Descriptif technique

Date de mise en service : octobre 2011
Besoins thermiques estimés :
92 MWh utiles/an
Taux de couverture bois : 100%
Équipement bois : KÖB / Pyrot 100 kW
Installateur : Entreprise SAVEC
Combustible : bois plaquettes
Consommation estimée :
~ 30 tonnes ou ~ 114 MAP (M³ Apparent de Plaquettes)

Données économiques (2011/2013)

Investissement chaudière, ballons, accessoires : 55 365 € HT
Réseau hydro primaire   : 4 900 € HT
Cheminée et accessoires : 3 500 € HT
Aides financières :
Elles n’ont pas porté spécifiquement sur la mise en œuvre de la chaufferie bois-énergie mais ont été octroyées pour l’ensemble de la construction par l’Etat, la Région, le Département, la CAF et le Feader.
Coût du combustible (saison 2013-2014) :
~ 35 € TTC le MWh

Impacts environnementaux

Économie en énergie fossile : 11 TEP*/an (*TEP : Tonne équivalent pétrole)
Tonnes de CO2 évitées par rapport à une installation fuel :
29 tonnes/an (équivalent environ à 14 voitures de moyenne catégorie parcourant 15 000 km/an)

Pour plus d’informations, contactez notre Chargé de Mission bois-énergie.

Crédit photos : ALEC 27
20 février 2015
1 Commentaire/par

Le Centre culturel de la Trinité-de-Réville chauffé au bois-énergie ×

Chauffage bois et panneaux solaires thermiques pour la production d'eau chaude sanitaire

Lire >
1 réponse
  1. Boucher E
    Boucher E dit :

    La théorie est intéressante, mais venez voir ce que les « producteurs » de plaquettes bois ont fait de nos haies, de nos « tétards » plus que centenaires : un massacre !

Les commentaires sont fermés.