Le bois, une énergie économique ?

Les différents combustibles issus du bois-énergie sont actuellement les combustibles les moins chers du marché et dont les prix sont les plus stables. En effet, le prix des combustibles bois sont très peu dépendants du prix des produits pétroliers.

Ainsi, le coût global d’une solution bois (combustible+entretien+amortissement des investissements) reste beaucoup plus stable dans le temps comparativement aux énergies conventionnelles.

 Ci-dessus, comparatif du prix des énergies entrée chaudière, abonnement et/ou livraison comprise (suivant données du Ministère de l’écologie et l’enquête ADEME sur le prix des combustibles bois-septembre 2011)

Voyons, par type de combustible, l’analyse des résultats de l’étude de l’ADEME sur le marché du résidentiel :

  • le bois bûche :

Après une baisse des tarifs en 2009, le prix connait de nouveau une hausse depuis 2010.

La hausse se situe  aux alentours de 5% pour du bois de 50 cm livre. Notons que sur la période 2005-2010 la hausse est de seulement 2%, proche du taux d’inflation. Cette hausse est encore moins marquée pour les autres formats de bûches (25cm, 33cm ou 1m) moins couramment vendus.

De façon générale, alors que l’on observe clairement une hausse significative des énergies fossiles et de l’électricité depuis 2009, celle du bois bûche est limitée.

  • la plaquette forestière et bocagère :

Les remarques sont assez similaires à celles faites sur le bois bûche. La hausse globale sur 2005-2011 est de 2% également. Notons que le prix représenté sur le graphique concerne une plaquette calibrée et sèche (humidité inferieure à 25%) adaptée aux petites chaudières automatiques dont la puissance est inferieure à 400 kW. Il existe une grande disparité de prix en fonction de la qualité et de la provenance de la plaquette. Une plaquette d’un taux d’humidité élevé et dont le calibrage est grossier aura un prix plus bas encore. Ce type de combustible est adapté aux chaufferies de grande puissance.

  • Le Granulé :

Le prix du granulé livré en vrac a connu une augmentation plus marquée entre 2009 et 2010. Entre 2010 et 2011, le prix s’est stabilisé avec une augmentation moyenne de 2%. On observe une tendance à la montée des prix sur le moyen terme depuis quelques années.

L’ADEME évoque deux raisons principales à cette tendance :

  • une pression sur l’approvisionnement en sciure de bois dont les prix tendraient à s’accroitre,
  • une certaine uniformisation des conditions de marché entre les différents pays européens. Notons le parallèle avec notre voisin allemand concernant l’évolution des prix et le prix du MWh PCI (MWh sur le pouvoir combustible inférieur).

Malgré une hausse plus nette de ce combustible par rapport aux combustibles bois, le granulé reste très compétitif par rapport aux énergies conventionnelles.

Fin 2011, l’écart de prix entre le fioul et le granulé en vrac est de 40% et l’écart entre le gaz naturel et le granulé en vrac est désormais de 20%. Même dans un conditionnement en sac, le granulé devient compétitif.

L’écart est encore plus grand avec le propane ou l’électricité (prix divisé par deux).

En conclusion, l’enquête démontre la compétitivité du prix de l’énergie bois par rapport au prix des autres énergies.

Notons que l’augmentation (toute relative) des prix depuis 2010 s’explique par :

  • une augmentation de la  consommation de bois liée à un hiver 2010 rigoureux,
  • une augmentation marquée des chaufferies bois qui a généré une tension sur l’approvisionnement pour les collectivités
  • l’ouverture plus importante du marché national pour le granulé (harmonisation des prix au niveau européen).
Crédit Photo : Alec27
7 juin 2012
par