Le chauffage au bois ennemi de la qualité de l’air ?

L’hiver approche, mais la mise en cause du chauffage au bois dans les pics de pollution reste présente dans nos esprits. Dans ce contexte, les politiques de développement du bois-énergie peuvent paraitre déroutantes.

En réalité, en termes de rendement et d’émission de particules fines, tous les équipements de chauffage ne se valent pas.

Ainsi, pour une même quantité d’énergie consommée, une cheminée à foyer ouvert émet de l’ordre de 8 fois plus de particules qu’un poêle à bois récent et 250 fois plus qu’une chaufferie collective au bois (source ADEME 2016 :Le bois énergie et la qualité de l’air)

Or c’est bien le remplacement des cheminées à foyer ouvert (18% du parc) et l’installation de chaufferies collectives (dont les performances sont soumises à des normes et/ou réglementations ) qui sont encouragés par les pouvoirs publics.

 

 

 

13 novembre 2018
0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *