L’édito d’Anne Terlez de février

A la suite du dernier rapport du GIEC, un collectif a lancé un appel en faveur du climat. Il tire sa force de la renommée de personnalités des mondes scientifique, économique et politique qui l’ont pensé et écrit, et du pragmatisme de ses propositions.

Le Pacte Finance-Climat invite l’Union Européenne à utiliser la création monétaire pour financer la transition énergétique de ses états membres.

Il demande que la Banque Européenne d’Investissement opère une mutation et devienne la Banque Européenne du Développement Durable.

Plutôt qu’une création monétaire qui servirait pour une grande part la spéculation financière, l’Union Européenne peut décider d’une création monétaire non seulement au service de la transition énergétique mais également au service de la justice sociale et de la paix.

Convaincue par la force du Pacte Finance-Climat, j’ai signé cet appel fin novembre. L’actualité de notre pays et les thèmes abordés lors des réunions du Grand Débat National démontrent que notre cohésion sociale en dépend.

Nombreux sont nos concitoyens (et nos collectivités…) qui demandent la réduction de leur facture énergétique, le développement de modes de déplacement alternatifs, des emplois non-délocalisables, la protection de l’environnement et l’amélioration de leur qualité de vie…

L’Union Européenne peut et doit être à la hauteur des objectifs qu’elle s’est elle-même fixée en matière de lutte contre le réchauffement climatique. A la veille des élections européennes, il y a là une occasion unique de réconcilier nos concitoyens avec l’idée européenne.

Et, bien sûr, les états-membres ne peuvent s’exonérer de leur propre responsabilité. La France doit, elle aussi, se donner les moyens d’atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique votée en 2015. La territorialisation de la contribution climat pourrait renforcer l’effectivité des plans d’actions de nos territoires. L’idée semble faire son chemin au sein de l’exécutif et c’est une bonne nouvelle.

Comme je l’écrivais le mois dernier, l’espérance doit rester de mise !

Anne Terlez

Présidente

22 février 2019
0 Commentaires/par
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *