Les français et l’énergie : baromètre 2012-2013

L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) a réalisé une enquête en 2012 et 2013 sur «Les équipements et les comportements des ménages en matière de maîtrise de l’énergie dans leurs logements ».

Voici les principaux résultats de l’enquête .

Réduire sa facture énergétique, un objectif central

Un français sur deux déclare aujourd’hui que sa consommation d’énergie représente une part trop importante de son budget. Ce taux n’a jamais été aussi élevé. D’ailleurs, la dépense moyenne par an et par ménage était de 1239€ en 2009, contre 1403€ en 2012, soit une augmentation de 13.2% en 3 ans.

80% des ménages cherchent à faire des économies d’énergie, la principale motivation étant la recherche d’économies financières.

Un taux de réalisation de travaux de rénovation énergétique assez faible

Seuls 16% des ménages envisagent d’engager ce type de travaux, et 12% les ont engagés. Ces taux restent comparables à ceux des années précédentes, exception faite pour 2009 et 2010 où ces derniers étaient plus élevés.

Aides financières, un déclencheur d’investissement

Le crédit d’impôt développement durable est de loin l’aide jugée la plus utile par les français, et aussi la plus connue. Vient ensuite l’éco-prêt à taux zéro auquel les français ont de moins en moins recours, en raison d’une réticence à s’endetter pour des opérations de rénovation énergétique.

D’une manière générale, l’enquête révèle une baisse de la connaissance des diverses aides en vigueur, ce qui peut s’expliquer par la diversification de ces aides.

Eco-gestes : les aînés montrent l’exemple !

L’enquête révèle également que les jeunes sont moins enclins que les plus âgés à pratiquer des éco-gestes : 5 en moyenne pour les lycéens contre 9 pour les retraités.

Ce constat montre que la sensibilisation des plus jeunes ne suffit pas : nos aînés ont adopté ces gestes très tôt, par souci d’économie et de ne pas gaspiller, et ont grandi dans une société qui n’était pas la société de consommation actuelle.

Des pratiques en mutation pour réduire les émissions de CO2

Enfin, on remarque une évolution des pratiques des français. L’achat de légumes locaux et de saison progresse, tout comme la limitation de la consommation de viande. Les pratiques collaboratives (échanges, trocs, locations de ses biens à d’autre particuliers, covoiturage) se développent également, motivées soit par une forme d’engagement au sein de la société, soit par une recherche de « bons plans ».

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le n°38 de la revue Ademe & Vous consacrée à cette enquête.

 Crédit photo : ALEC 27

 

3 février 2014
1 Commentaire/par
1 réponse

Les commentaires sont désactivés.