Plan bois-énergie et développement local haut-normand: le bilan à l’été 2012

Le plan bois-énergie et développement local haut-normand a pour but de développer les installations de chauffage au bois pour concourir aux objectifs de développement durable de la France :

  • respect des objectifs de Kyoto et de développement des énergies renouvelables en Europe,
  • emploi local,
  • valorisation des ressources du territoire, etc.

Dans le cadre de ce programme, qui a vu le jour en 2004, la Région Haute-Normandie et la Délégation Régionale ADEME ont conclu des accords de partenariats avec des relais locaux (ALEC 27, l’association Biomasse Normandie et Les Défis Ruraux).

Ces structures de terrain ont pour but, dans le cadre de ce plan :

  • de soutenir la mise en place de structures d’approvisionnement en bois-énergie (plaquettes forestières, déchets, granulés, etc.),
  • de recenser les chaufferies existantes et de faire un suivi de leur consommation, de leurs éventuelles difficultés,
  • de faire émerger et d’accompagner les projets et d’assurer le suivi des études nécessaires.

Le bilan fin 2011:

  • La structuration de l’approvisionnement des chaufferies:

plus de 32 000 tonnes de bois locaux ont été valorisées sur la saison de chauffe 2010-2011, soit 6 fois plus qu’en 2004. Le rayon moyen de provenance est inférieur à 100 km.

36 % de ces bois sont issus de l’entretien des milieux naturels (plaquettes forestières et bocagères).

  • Les chaufferies bois collectives de Haute-Normandie:

28 chaufferies collectives sont en fonctionnement fin 2011 contre 6 seulement en 2004. Notons le développement de réseaux de chaleur de forte puissance. En effet 4 réseaux sont en fonctionnement et représentent plus de 60% de la puissance installée.

  • Les impacts positifs du programme:

Les émissions de 26 800 tonnes de CO2 dans l’atmosphère ont été évitées. Ce chiffre représente l’équivalent des émissions de 4 400 personnes en France.

De nombreux nouveaux acteurs de la filière bois ont permis à ces projets de voir le jour. Il y a notamment 17 sociétés d’ingénierie, 11 fournisseurs de combustible, 13 constructeurs de chaudière et 8 exploitants de chauffage. Force est de constater que le plan bois-énergie animé par les trois relais locaux permet de dynamiser l’emploi local et d’attirer de nouvelles entreprises sur le territoire.

L’avancement du programme à l’été 2012:

Les relais locaux s’efforcent de continuer ce travail engagé en 2004 lors du lancement du programme.

Aujourd’hui, plusieurs actions de communication sont réalisées et en cours. Des actions sont également engagées pour structurer au mieux l’approvisionnement et un grand nombre de projets de chaufferies sont à l’étude ou vont être mises en service prochainement.

10 chaufferies collectives doivent être mises en service cette année.

24 chaufferies collectives identifiées pour une mise en service entre 2013 et 2015.

Près d’une cinquantaine de projets domestiques (agriculteurs et particuliers) ont été identifiés également!

Ces chiffres montrent que le chauffage au bois est en pleine dynamique et intéresse un grand nombre de maîtres d’ouvrage (collectivités, industriels , agriculteurs,…).

Outre ces atouts environnementaux, le chauffage au bois est de plus en plus compétitif économiquement et maintient ou crée de l’emploi dans la région.

 Crédit Photo : Biomasse Normandie
23 juillet 2012
par