Un collège s’équipe totalement en LED

L’ALEC 27 anime le défi Watt au collège Georges Pompidou de Pacy-sur-Eure sur l’année scolaire 2018/2019 mais le collège n’est pas en reste d’initiative et a mis en place depuis 2013 une politique active de changement de tous ses luminaires en LED, les diodes électroluminescentes très peu énergivores.  

Les motivations à agir

Tout a débuté grâce à l’action de Mme Guerriat, gestionnaire, et de l’ancien agent de maintenance du collège, à présent remplacé par M. Coffard. « Je voulais diminuer les stocks de néons, car l’atelier dispose d’un petit espace et surtout, je voulais diminuer le temps d’intervention de l’agent de maintenance au remplacement des néons, sur sa demande. Toutes les semaines, il devait sortir l’escabeau et remplacer quelques ampoules grillées : c’était fastidieux et chronophage alors qu’il y a tant à faire par ailleurs dans le collège. C’est aussi l’agent de maintenance qui s’occupe des relevés de compteur, de la maintenance de l’alarme et des huisseries, de la peinture, de l’entretien des espaces verts, de la réparation des carrelages… »

A cet objectif, s’ajoutent les économies non négligeables engendrées par l’utilisation de LED. Mme Guerriat explique que la première année, lors de l’investissement (achat des LED et le temps passé à l’installation), les gains étaient pratiquement nuls. Il est à noter que l’agent de maintenance dispose de l’habilitation électricité, ce qui a permis d’internaliser tous les travaux. Néanmoins, dès l’année suivante, elle avait constaté une diminution de 30 % de la facturation électrique. Un gain qui permet de répondre aux besoins de toutes les équipes et qui a notamment permis l’achat d’une imprimante 3D par les professeurs.

Cette politique de changement des luminaires est aussi souhaitée par l’équipe de direction du collège, qui oriente l’établissement vers les principes du développement durable. La protection de l’environnement et de nos ressources par une consommation raisonnée d’électricité, l’amélioration du cadre de travail de l’agent de maintenance, la sollicitation d’acteurs économiques tournés vers la protection de l’environnement : les pans du social, de l’économique et de l’environnemental ont tous été pris en compte.

Les étapes du projet

  1. Faire des études – luminosité et changement d’ouvrage.

« Il faut d’abord faire une étude de la puissance lumineuse de chaque salle » explique Mme Guerriat. Il est nécessaire de se procurer le DOE, le Dossier des Ouvrages Exécutés. « J’ai eu de la chance, notre collège a été restructuré et j’ai donc pu me mettre en contact avec l’architecte qui a suivi le collège. L’aide de l’architecte a été précieuse pour connaître les calculs d’optimisation de la lumière, salle par salle. »

Durant 3 mois, il a été nécessaire de recenser les besoins et les caractéristiques de chaque source lumineuse du collège et de confronter ses changements d’ouvrage aux avis personnels et à la structure du bâtiment. « Dans mon bureau, il y a 4 néons mais j’ai décidé de les remplacer par deux pavés de LEDs car je bénéficie d’un puits de lumière naturelle avec la paroi vitrée, et j’estimais ne pas avoir besoin de plus », explique-t-elle.

  • Rédaction d’un cahier des charges

Le cahier des charges comprenait les éléments suivants :

  • Flux lumineux désiré en lumens (puissance lumineuse)
  • Le type de matériel désiré, soit les LED
  • La durée de garantie des luminaires
  • La durée de vie des luminaires
  • La durée d’amortissement
  • Les économies d’énergie engendrées en comparaison du coût des néons

Ce cahier des charges a été diffusé pour récolter les réponses des entreprises. Les réponses n’ont pas été pondérées selon les critères de prix mais selon l’adéquation la plus proche des préconisations de l’architecte.

Le collège n’est pas assujetti à la TVA et ne peut donc pas la récupérer.

Le prestataire retenu a ensuite rendu une étude étage par étage des calculs de luminosité afin de montrer sa conformité avec le cahier des charges et a transmis les fiches ‘produit’ des luminaires utilisés.

« Aujourd’hui, je ne pourrais plus procéder de la même façon » explique Mme Guerriat. « Il me faudrait passer un marché public pour avoir une mise en concurrence, même si c’est ce que nous avions fait, finalement. En effet, le marché dépasse les 20 000€ : pour équiper le rez-de-chaussée et le premier étage, nous avons déjà dû débourser 25 000€. »

  • Remplacement progressif des néons par les LED

Equiper la totalité du collège a demandé 4 ans.

  • sLa première année a concerné les locaux de l’administration et les halls, soit 117 luminaires. Le Département de l’Eure finançait à hauteur de 70% et le collège complétait.
  • La deuxième année, du fait d’un défaut de co-financement par le Département, aucun chantier n’a été mené.
  • La troisième année a été consacrée au remplacement des 36 spots des toilettes et aux 155 néons des salles de classe du premier étage.
  • La quatrième année sera consacrée à la cuisine. « Les LED doivent intégrer des conditions de résistance à la vapeur, cela nous reviendra plus cher » précise Mme Guerriat.

La communication

« Peu de communication a été mise en place dans le collège, même si tous les éléments ont été transmis et présentés en Conseil d’Administration. Mais les collègues viennent et me remercient en m’offrant des fleurs, des chocolats, en m’envoyant des mails, aussi. » conclut Mme Guerriat.

9 janvier 2019
par