Visite des installations PV sur toiture à St Aubin d’Escroville

Depuis quelques années, les énergies renouvelables s’insèrent progressivement dans le paysage du plateau du Neubourg. Pour preuve, à quelques kilomètres du parc éolien de Quittebeuf, Sylvain Dubos, céréalier, a fait le choix d’équiper 3 de ses bâtiments agricoles avec des panneaux solaires photovoltaïques.

Installation 2 - gros plan

Installées en 2009, 2011 et 2013 (dans des des conditions de tarifs d’achats très différentes), ces 3 installations ont vu le jour pour les mêmes raisons :

– une obligation de reconstruction partielle ou totale de la toiture (incendie d’un bâtiment, vétusté du toit d’un autre…),
– un réel intérêt pour les énergies renouvelables
– le souhait de rentabilité et à terme d’un revenu complémentaire.

Après un état des lieux mené par une entreprise euroise, il est rapidement apparu que les bâtiments de l’exploitation possédaient les caractéristiques idéales pour ce genre d’installation :  Bon ensoleillement (relatif au potentiel Haut-Normand), absence de masque, exposition sud/sud-est, bonne inclinaison des toitures. 

Installation 1

Le hangar brûle en 2007 ; le temps de le reconstruire, mise en place des panneaux en 2009.

Puissance de 35,7 kWc (obligation de ne pas dépasser 36 kW pour bénéficier des aides proposées).

Rachat par EDF à 0,60€ le kWh (conditions pour bénéficier de ce tarif : que les panneaux soient intégrés au bâti; ils font donc l’étanchéité du bâtiment).

Installation 2

En 2011

Puissance de 93,4 kWc

Les panneaux sont posés sur du bac acier (intégration simplifiée au bâti).

Rachat par EDF à 0,28€ le kWh

Installation 3

En 2013

9 kWc de puissance

Les panneaux sont intégrés au bâti; ils forment donc la toiture.

Rachat par EDF à 0,34€ le kWh

Installation 3 vue sous charpente

Toiture de l’installation 3 vue du dessous, montrant l’intégration au bâti.

Rendement

Les trois contrats sont signés pour 15 ans.Le prix de rachat du Kwh par EDF a fortement baissé entre l’époque de la première installation et la dernière.* Néanmoins le rendement des dernières installations reste rentable. Il faut compter 8 à 9 ans pour rentabiliser l’investissement. A noter que les productions réelles ont toujours été au-delà des prévisionnels sauf en 2012.

Par contre, là où Monsieur Dubos a le plus besoin d’électricité pour son exploitation agricole, ce n’est pas au moment où les panneaux produisent le plus, ce qui indique que de l’autoconsommation ne serait pas intéressante, en cas de non rachat par EDF.

Installation 1

Prix de l’installation : 187 226 € HT

Revenus : environ 21 500€ par an

Installation 2

Prix de l’installation : 248 550 € HT

Revenus : environ 25 000€ par an

Installation 3

Prix de l’installation : 22 500€ HT

Revenus : environ 3 000€ par an

Option de suivi du rendement accessible sur ordinateur est possible mais n’a pas été retenue par M Dubos en raison de son coût (2 à 3 000€). Il dispose néanmoins des relevés des quantités produites mensuelles sur l’installation 2 et annuelles pour les 2 autres. La facturation à EDF est bi-annuelle pour les installations 1&2 et annuelle pour l’installation 3.

Mise en place

Une fois la décision prise, le temps d’installation dure entre une semaine et demie et deux semaines. C’est une entreprise locale, E-solaire, qui a procédé à la mise en place de ces panneaux Solarworld, d’origine américaine. Le raccordement au réseau peut parfois traîner en longueur mais cela n’a pas été le cas ici, le transformateur étant situé juste à côté des bâtiments concernés. Notez que le  coût de renforcement de la ligne (nécessité d’une section plus importante des câbles) est à la charge du propriétaire de l’installation .

Et par rapport aux assurances ? La compagnie demande de garder 1 mètre en-dessous du toit pour permettre la ventilation du stockage du lin . Sinon, en cas de dommages, l’installation et le matériel sont remboursés. Possibilité de souscrire une assurance perte d’exploitation qui compense la non-production d’électricité jusqu’à la reprise de l’exploitation.

Maintenance

Les panneaux doivent être nettoyés (notamment car ils sont situés en zone agricole avec de la poussière) ; M. Dubos envisage de le faire faire par robot mais la prestation est assez chère. Il ne sait pas vraiment à quelle fréquence : la préconisation est tous les ans mais il pense que tous les 4/5 ans serait suffisant.

Vieillissement : le verre des panneaux se pique et s’opacifie. Quelle perte de rendement et au bout de combien de temps ? Le plus simple serait de faire une comparaison par très beau temps (plusieurs fois) et voir la puissance de l’installation par rapport à l’étude initiale.

La partie fragile de l’installation, ce sont les onduleurs. En effet, si l’installation des panneaux est prévue pour une durée de 15 à 20 ans, il faut changer les onduleurs au bout de 10 ans. Coût d’un onduleur : 1000 à 1500€. Il faut de plus les surveiller régulièrement car ils peuvent claquer et entraîner alors une perte de production sur plusieurs panneaux.

en plein boulot...

* D’une manière générale, les prix des panneaux n’ont cessé de baisser: ils ont été divisés par 4 depuis 2008.

Le prix d’achat de l’électricité est actuellement de 26,15 cts/kwh jusqu’à 9 kWc (intégration au bâti), de 13,95 cts entre 9 et 36 kWc (intégration simplifiée) et de 13,25 cts de 36 à 100 kWc (intégration simplifiée). Au delà, il faut répondre à un appel d’offre.

23 septembre 2015
par

Installations photovoltaïques sur bâtiments agricoles ×

Trois installations à des époques différentes avec des prix de rachat différents

Lire >