Visite d’une ville en transition(s) : Malaunay

Une délégation euroise a visité la ville de Malaunay, dans le cadre d’un DD Tour proposé par l’Agence Régionale de l’Environnement. Des chargés de mission et élus du territoire, pour la plupart en train de construire leur Plan Climat Air Energie Territorial, ont pu échanger avec Guillaume Coutey, Maire de la commune, et Laurent Fussien, Directeur Général des Services et découvrir les nombreuses démarches de transition engagées. En effet, cette ville se présente comme un « petit poucet de la transition énergétique » qui a une volonté affirmée de devenir un territoire post-carbone.

Une démarche construite dans le temps

Malaunay est une ville de 6176 habitants en deuxième couronne de Rouen. En 2006, la commune faisait le constat de trois problèmes à prendre en compte : celui d’une situation financière compliquée pour la ville, notamment liée à la facture énergétique ; celui d’un coût résidentiel qui augmente, dans des logements mal isolés et avec une dépendance forte liée à l’automobile ; celui d’un plafond environnemental. Un comité citoyen est monté avec des agents et élus pour répondre à ces questions, et en 2010 une candidature est faite pour le programme Cit’ergie de l’ADEME.

Cit’ergie est un programme de management et de labellisation qui récompense les collectivités pour la mise en œuvre d’une politique climat­-air-énergie ambitieuse. La collectivité est accompagnée et doit suivre un catalogue de mesures pour parvenir progressivement à une labellisation. Malaunay a obtenu en 2013 le label « Cap Cit’ergie », puis le label « Cit’ergie » en 2016. Cette démarche a permis de structurer l’action de la commune et d’engager élus et agents de façon importante.

Le groupe découvre le toit de l’église de Malaunay, couvert de tuile solaires

Devenir une commune exemplaire

Depuis, de nombreuses actions ont été menées pour réduire la facture énergétique de la commune mais aussi pour accompagner les habitants dans la transition écologique. Plusieurs travaux de rénovation du patrimoine communal ont été menés pour réduire la consommation d’énergie.

Certains bâtiments ont été équipés de panneaux solaires photovoltaïques, comme le gymnase, les ateliers municipaux, l’église ou encore deux écoles. En tout, plus de 1500m² de panneaux ont été installés dans la commune. Cette énergie produite est consommée par les bâtiments ou certains bâtiments à proximité, et le surplus est revendu sur le réseau. L’année dernière, une campagne de financement participatif a été ouverte pour que les citoyens puissent participer au projet en prêtant de l’argent, ce qui a permis de réunir 119 contributeurs en 10 jours.

Deux chaufferies biomasse ont été installées pour chauffer des bâtiments publics (école, gymnase, piscine municipale, etc.). Ainsi, 60% des besoins de chauffage des bâtiments municipaux sont couverts par la biomasse, dont une grande partie locale. Pour la mobilité des équipes municipales, l’électricité produite par les panneaux solaires sert à recharger plusieurs véhicules électriques et une station de GNV. La flotte de la commune est constituée de 7 véhicules électriques, de 5 véhicules GNV, d’un tripoteur et de trois vélos électriques.

Accompagner les habitants dans la transition

La commune mène une politique de construction de logements performants et durables en partenariat avec les bailleurs sociaux. Ainsi, il existe une résidence BBC (Bâtiment Basse Consommation), une résidence BEPOS (Bâtiment à Energie POSitive) et une nouvelle résidence qui permet de tester le label  » E+C-  » (production d’énergie et économe en carbone) ainsi que de nouvelles manières d’habiter (laverie commune, jardins partagées).

En parallèle à cela, les ménages qui le souhaitent sont accompagnés dans leurs travaux de rénovation énergétique, et trouvent une offre de conseil adaptée à leur situation et une orientation pour trouver des aides financières. Pour la mobilité, des pistes cyclables et chemins doux sont mis en place ou en projet, afin de valoriser les déplacements dits « actifs » comme la marche ou le vélo. Un projet de véhicules en autopartage est aussi à l’étude.

Une prise en compte de la biodiversité est aussi développée : plantation d’arbres dans toute la ville, mise en place de jardins potagers dans les écoles et de ruches municipales. Malaunay suit une démarche « zéro phyto » depuis plusieurs années. Les écoles sont aussi mobilisées, notamment sur l’alimentation : des tables de tri permettent aux enfants de trier eux-mêmes leurs déchets, et la cantine propose 50% de produits bio et locaux.

Faire participer et essaimer

Malaunay vise à avoir une action exemplaire et cherche à mobiliser autour de sa démarche. Une mascotte a été créée nommée Lucie Tergie, adossée aux documents et même sur les véhicules. Plus récemment, le projet « la transition prend ses quartiers » a réuni plus de 100 participants regroupés en équipes pour relever des défis. Elle fait partie des différents DD Tour proposés par l’Agence Régionale de Normandie, dans le but de transmettre ses bonnes pratiques à d’autres élus et territoires.

Les participants au DD Tour ont pu se promener dans la ville, guidés par le Maire et la Directrice de l’environnement et des moyens techniques, Isabelle Moulin, pour voir les diverses réalisations citées plus haut. Au final, cette démarche apporte à la ville des économies financières (avec une baisse de la facture d’énergie notamment), une reconnaissance de plus en plus importante au niveau national, et une attractivité. De quoi inspirer nos territoires eurois !

16 avril 2019
0 Commentaires/par
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *